Having had the opportunity to attend the 3rd annual Réseau Québec – 3D conference with the theme, "Taking the lead in additive manufacturing," I had the pleasure of meeting the President of USIMM, Inc., Michel Massé. 
It was in the year 2000 in the east end of Montréal that the cabinetmaker by trade and machinist by passion, Massé, created his company.
 
It was at the time a dream added to willpower that had no limits. He created his cabinetmaking shop specializing in wood furniture for the architectural sector. He was very happy at the time working with a 3 axis CNC machine.
After 10 years of hard work, he acquired a 5 axis CNC machine and the company started to develop an “Industrial” market with the possibility of manufacturing prototypes and made-to-measure parts.

EN FRANCAIS

In 2012, USIMM acquired a 3D scanner, an important tool that allows the maximum use of all the technological assets already in place.  The arrival of the 3D scanner let Usimm add the artistic sector to its customer base.
The 3D scanner allows the enlargement and the reproduction of very complex parts.
According to Massé, "Today, technology offers possibilities without limits and the company must continue investing in technology if it wants to stay at the forefront in its field."
The company, operating in a 13,000 square foot facility, aims to become a partner of reference in the industry manufacturing made to measure parts of complex geometry in non-metallic materials.
For Michel Massé, 3D reproduction and additive manufacturing are part of a new frontier that will let designers and architects see their innovative drawings, sketches and models in a digitized manner. They can then be produced made to measure in a variety of non-metallic materials such as wood, plastic, Lexan, polystyrene, Corafoam and much more.
The company can also manufacture visual elements for the Theater, Television, Cinema, museum presentations and public events.
These developments bring Massé to say: “For Usimm, the future is now.”
 
USIMM, un chef de file
Ayant eu l’occasion de participer à la 3e conférence du Réseau Québec 3D sous le thème : "Chef de file en fabrication additive," nous avons eu le plaisir d’y rencontrer le Président de l’entreprise Usimm, M Michel Massé.
C’est en l’an 2000 dans l’est de Montréal que cet ébéniste de métier et machiniste de passion a fondé Usimm. C’était alors, dit-il, un rêve avec une volonté sans limite qu’il s’est lancé dans cette aventure de créer une ébénisterie où la fabrication de meubles architecturaux en bois est à l’honneur. Il y avait beaucoup de volonté et une CNC 3 axes.
 
Après dix ans de travail on accède à l’acquisition d’une CNC 5 axes permettant à l’entreprise de développer la possibilité de fabriquer des prototypes et effectuer de la production sur mesure tout en développant un marché dit "industriel."
Voilà qu’en 2012 chez Usimm, on se dote d’un scanner 3D. C’est là un outil qui permet l’utilisation maximale des différents outils technologiques en place.
L’arrivée d’un scanner 3D permet à Usimm d’ajouter le secteur artistique à sa clientèle. Le scanner permet de reproduire et même de redimensionner n’importe laquelle pièce. 
Monsieur Massé souligne "qu’aujourd`hui la technologie offre des possibilités sans limite et l’entreprise se doit d’investir continuellement afin de demeurer à la fine pointe du savoir."
Aujourd’hui, dans une usine de 13 000 pieds carrés, l’entreprise ambitionne de devenir un partenaire de référence dans l’industrie de la réalisation de pièces non-métalliques à géométrie complexe sur mesure.
Selon Michel Massé, la reproduction 3D et la fabrication additive est la nouvelle frontière qui permet aux architectes et designers d’innover et voir leurs dessins, esquisses ou maquettes projetées sur base numérique avec une fabrication éventuelles sur mesure dans une variété de matériaux non métalliques tels le bois, le plastique, le Lexan, le polystyrène, le Corafoam et autres.
Le domaine artistique s’ouvre également avec la fabrication d’éléments visuels pour le théâtre, la télévision, le cinéma, la muséologie et l’événementiel.
Ce qui fait dire à M Michel Massé que, "Le futur c’est maintenant."